Club Unesco du Centre d'Action Femme et Enfant : ONG-D/ CUCAFE

Club Unesco du Centre d'Action Femme et Enfant  : ONG-D/ CUCAFE

LE CORONA VIRUS ET/OU CONSÉQUENCES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE ?

CLUB UNESCO DU CENTRE D'ACTION FEMME ET ENFANT

ONG / CUCAFE

 

LE

CORONA

VIRUS

 

TOUS UNIS, SANS DIVERGENCES DE TAILLE, COULEUR, LANGUE, TOUS DE LA PLANÉTE TERRE : COMBATTONS DANS L'UNITÉ LE COVID-19, EFFET DE CHANGEMENT CLIMATIQUE .

 

TOUS AUTOUR DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE.

 

 

 

 

 

TOUS UNIS, SANS DIVERGENCES DE TAILLE, COULEUR, LANGUE, TOUS DE LA PLANÉTE TERRE : COMBATTONS DANS L'UNITÉ LE COVID-19, EFFET DE CHANGEMENT CLIMATIQUE .

 

 

 

 

 

TOUS DANS LA COOPÉRATION INTERNATIONALE.

 

 

 

 

 

TOUS UNIS, SANS DIVERGENCES DE TAILLE, COULEUR, LANGUE, TOUS DE LA PLANÉTE TERRE : COMBATTONS DANS L'UNITÉ LE COVID-19, EFFET DE CHANGEMENT CLIMATIQUE .

 

 

 

 

 

TOUS POUR UNE JUSTICE CLIMATIQUE .

 

 

 

 

 

À CHACUNE ET À CHACUN SA PART DE CHARITÉ.

 

 

 

Introduction

 

 

 

Le Club Unesco du Centre d’Action Femme et Enfant en sigle " CUCAFE" est une Organisation Non Gouvernementale créée à Kinshasa en République Démocratique du Congo en 1994 ; notifiée sous Personnalité juridique 399/CAB/MIN/J&DH/2010.-

 

Avec comme Statut d’Organisation accréditée aux Nations Unies prés des Conventions de lutte Contre la Désertification et le Changement Climatique.

 

Chancellerie de Bâtisseur Universel de la Paix et Ambassadeur de la Non Violence.

 

Le siège social  de l'ONG CUCAFE est établi à Kinshasa sur rue Kitega N°224 dans la Commune de Lingwala, dans la ville province de  Kinshasa en République Démocratique du Congo.

 

Au niveau international, enregistrée le deux mars deux milles dix à l'Office Notarial du Ministère de la Justice à Brazzaville en République du Congo. Le siége a étè élu domicile à l'immeuble SOCODEV sise au numéro 142, rue Bacongo dans le quartier Ouenzé Miadeka à Brazzaville.

 

Notre administration associative intègre toutes les réflexions complémentaires richement liées à la paix dans la résolution des conflits et des situation des crises tout en tenant compte de la vulnérabilité face aux agressions de notre sociétè. Nous travaillons en harmonie avec l'Organisation des Nations Unies (ONU) dans le but d'aider notre pays en voie de développement à sortir des certaines crises et/ou d'améliorer le contexte social et relever l'emprise de vulnérabilité chez les presonnes les plus exposées entre autres, les femmes, les filles et les enfants.

 

En vue de garantir à ce que la voix des femmes et des filles soit entendue et que les décideurs soient davantage tenus comme responsables au niveau Étatique, notre Commission propose plusieurs innovations en faveur du principe de la « sécurité juste ».

 

Premièrement, renforcer le rôle des femmes dans les processus de paixLes institutions mondiales et régionales devraient nommer des femmes à des fonctions importantes dans le processus de rétablissement de la paix. Les acteurs internationaux accompagnant le processus de paix devraient exiger l’intégration de femmes parmi les négociateurs et les signataires, pour garantir que leurs expériences et leurs priorités seront prises en compte.

 

Deuxièmement, faire des Plans d’action nationaux sur la Résolution 1325 un outil constructif de la politique étrangèreIncorporer ces Plans dans la politique étrangère des pays peut assurer et maintenir la volonté politique et les ressources nécessaires pour garantir que leurs objectifs seront réalisés sous la responsabilité des dirigeants.

 

Troisièmement, s’attaquer aux facteurs socioéconomiques qui désavantagent le statut social des femmes.La Commission reconnaît plusieurs de ces facteurs, dont le défaut d’accès à l’éducation, aux services de santé reproductive et à un travail décent dans l’économie formelle.

 

Nos actions qualifiées d'humanitaires interviennent à court terme et souvent médiatisées. Celles de sensibilisation et de vulgarisation à moyen terme à travers des moyens d'alerte de la population face aux droits de l'Homme par célébration des journées internationales et remise des diplômes de mérite en tant qu'Ambassadeur de la Non violence et Bâtisseir Universel de la Paix. Sur le long terme, nos actions recourent à la mise en œuvre des projets des communautés de base face à des catastrophes diverses ( changement climatique,désertification, gestion des écosystèmes) ; à des violences sexospécifiques ( pauvrêté, santé génétique, pandémie, conflit) ;la solidarité internationale ; le renforcement des capacités .

 

Plusieurs projets ont étè réalisées depuis 1994 , l'ONG CUCAFE a une large gamme d'expériences dans son vécu : science, connaissance, technicité, professionnalisme, conscience, maturité et compétence .

 

Notre vision de solidarité découle d'une franche collaboration en parténariat avec les services Étatiques, les Organisations de la Sociétè Civile (OSC), les instances d'enseignement, le secteur privé par coopération, parténariat, contribution et association.

 

Notre financement est constitué pour la plupart par des dons privés, des particuliers ou des entreprises,des subventions ; des lesgs et des cotisations.

 

Les membres actifs de notre ONG sont en général bénévoles mais peuvent avoir occasionnellemnt des perdiems et/ou collation pouvant faciliter les besoins passagers ( transport, pause-café,matériel de travail).

 

 

 

 

 

Analyse de la situation

 

 

 

Nous sommes en train de vivre un moment de bascule de l'histoire. Catastrophe sanitaire, la pandémie de COVID-19 nous plonge dans l'expérience inédite du confinement et de l'interruption de la plupart des activités sociales, économiques , éducatives et culturelles. Plutôt que de reconstruire le monde d'hier, nous voulons ré-inventer, le transformer.Les catastrophes impactent les femmes, les filles, les garçons et les hommes différemment.Les inégalités entre les hommes et les femmes accentuent la vulnérabilité des femmes et limitent leur accés aux informations et aux ressources dont elles ont besoin pour réduire les risques liés aux catastrophes.

 

Il s'avère important, de renforcer les rôles des femmes dans la gestion des catastrophes.

 

Une situation d'urgence s'impose pour limiter les dégâts en RDC et plus particulièrement dans la capitale « Kinshasa », qui s'étend sur une superficie de 9.965 km² ; située à l'Ouest du pays avec comme coordonnées 4° 19′ 30″ Sud, 15° 19′ 20″ Est. Le nombre d'habitants estimée à 13.251.000 (2018) pendant qu'il n'était qu'à 11.086.000 en 2017, comptant au total 24 communes. Entre guerres et épidemies, la RDC a connu un exode rural considérable .

 

Au réseau hydrographique dense, Kinshasa connait des inodations pendant la période des fortes pluies. La culture sur brûlis, ainsi que la chasse dans les savanes par des techniques traditionnelles pour attraper le gibier, et l'oubli de feux de camps, mène à des incendies de forêt ou de savane.

 

La difficulté d'évacuation des immondices pose problème pendant que la gestion et le recyclage des déchets sont presque inexistents. La mégapole d'environ 14 millions d'habitants produit 9.000 tonnes de déchets par jour dont 60 % de biomasse selon la mairie.

 

Par conséquent, aucun kinois n'échappe aux risques sanitaires dues aussi à la prolifération des maisons de tolérance ,des enfants de la rue, des centres de santé non viables avec personnel non qualifié et médicaments de qualité douteuse. Bon nombre des malades décèdent à cause du manque des soins appropriés. De la prolifération des mouches (moustiques, poux, puces, punaises) et les tiques susceptibles de transmettre nombreuses maladies dues aux agents infectueux causant des virus (chikungunya, fièvre jaune, etc), bactéries (peste, lyme, etc),parasites ( paludisme, maladie du sommeil), les larves qui se développent dans les points d'eau stagnante(récipients, réservoirs, mares, étangs). Le rechauffement climatique a un impact significatif sur la prolifération des ces petits bestioles ci-haut citées.

 

Le paludisme, ou malaria constitue le principal risque sanitaire se manifestant par des fièvres, vomissement et maux de tête. Les coronavirus existent naturellement dans le monde sauvage et peuvent se recombiner.Les virus sont des micro-organismes qui lorsequ'ils trouvent un hôte abondant , se multiplient efficacement. Le choc biologique causé par l'homme favorise la colonisation des espaces avec à Kinshasa la prolifération des sachets sous et en dessous de sol ,le stockage du monde sauvage dans des conditions délétères d'espèces sauvages, le délestage d'eau et d'électricité ; augmentent les voies de contamination pendant la consommation.

 

Selon le philosophe français Bruno Latour dans :  « La crise sanitaire incite à se préparer à la mutation climatique ». L'auteur insiste de protèger plus encore la personne humaine de vivre face à la crise écologique qui est plus dangereuse que la crise sanitaire.

 

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/25/la-crise-sanitaire-incite-a-se-preparer-a-la-mutation-climatique_6034312_3232.html

 

La participation des femmes dans le processus de la paix et la prise de décision est progressive .Les OSC dirigées par les femmes sont plus nombreuses à Kinshasa pour travailler avec les populations touchées par des conflits violents afin d'améliorer leurs perspectives de paix.

 

La participation politique des femmes en RDC reste encore très faible et qu'elles continuent d'être marginalisées dans la sphère publique. Il faut des actions démultipliées adaptées au contexte kinois en direction des femmes et des filles, des acteurs sociaux et étatiques, des partenaires.

 

Une synergie d'actions par les acteurs impliqués dans la promotion de l'égalité des chances entre les hommes et les femmes soit effectivement matérialisées dans les politiques, acteurs de développement des programmes et projets de lutte pour le repositionnement des femmes et des filles.

 

La pratique discriminatoire envers les femmes commence dés le toit paternel et/ou maternel lorseque par exemple la gestion de l'héritage revient aux garçons, soit celle qui consiste à leur interdire de prendre la parole en public .

 

On peut aussi évoquer la question du mariage précoce des filles, qui s'acompagne généralement d'un abandon du cycle d'étude et met donc fin à la scolarisation. Ces pratiques ont une influence cruciale sur la perception qu'ont les femmes de leur rôle économique, politique et social.

 

Toutefois, celles-ci participent souvent, consciemment ou inconsciemment à la reproduction des normes sociales régissant les relations entre les sexes en adoptant un comportement qui obéit aux concepts traditionnels de la féminité.

 

Se référant au site  .https://peacelab.blog/2020/04/on-ne-devrait-pas-attendre-que-la-femme-soit-victime-pour-venir-laccompagner : «  Pour cette raison, dès le début, notre approche à AIDPROFEN a inclus la sensibilisation, l’éducation sur les droits de l’homme et la mobilisation de la communauté pour la lutte contre les violences faites aux femmes. La femme est non seulement victime du conflit armé dans la région, et victime des violences sexuelles et des discriminations, de plus, elle n’est malheureusement presque pas représentée au niveau des prises de décision. Il faut donc travailler sur la participation des femmes dans les institutions ».

 

 

 

 

 

 

 

La solidarité sans frontières

 

 

 

La sensibilité croissante des femmes à plusieurs risques a pu avoir pour origine le fait que les femmes sont désormais très couramment concernées par les causes de fragilité associées par le passé à des pratiques masculines : tabac, manque d'exercice, alimentation inappropriée, stress, notamment au travail, alcool...

 

La situation de sous développement à Kinshasa amène des conséquences néfastes dans la vie communautaire. Face à la pauvrêté, la RDC notre pays connait des situations socioéconomiques profondes inexplicables qui se sont détériorées et accentuées d’avantage .

 

Si les maladies telles que Ebola, paludisme, sida, etc , continuent à être une menace violente pour les kinois. De surcroît, le covid-19 qui en est plus mortelle que contagieuse risque de fragiliser de plus en plus les femmes et les filles en situation d'extremement grave.

 

Les femmes et filles mères à moindres revenus se trouvant dans les périphéries de la ville province de Kinshasa sont à soutenir pour prévenir la crise et favoriser la culture de la paix. Face à cette vulnérabilité, il est impérieux de programmer des actions concrètes pour les aider à se retrouver dans des conditions meilleures et préventives de survie .

 

Un éventail de programmes d'appui aux OSC locales pour prévenir le Covid-19 et répondre à ses dimensions sexospécifiques . Une mobilisation afin de s'assurer que les messages de santé publique à portée pédagogique sur les risques et les stratégies de prévention soient délivrés à toutes les femmes par le biais de radios locales et réseaux sociaux, par l’usage de la technologie, de l'informatique (affiches, bandéroles), du culturel (théatre, remise des prix de mérite aux travailleuses journalières, propriétaires de petites entreprises et les femmes qui travaillent dans les secteurs informels). Cela peut se faire par des transferts de liquidités, des fonds de solidarité et du soutien aux petites entreprises dirigées par des femmes .

 

L'ONG CUCAFE a pendant 26 ans, encadrer les femmes et des filles dans la ville – province de Kinshasa, trop affectée par les différentes épidémies entre autre le paludisme qui tue plus les femmes allaitantes et les enfants, qui aujourd'hui confrontée par la pandémie COVID-19  qui a réduit le pouvoir économique, se retrouvant dans une situation de précarité exposant les femmes et les filles à la débauche. Plusieurs de ces femmes, veuves, orphelines, déplacées de guerre , victimes d'exode rural sont incapables de subvenir à leur besoin.

 

Les principales activités-clés telles que l'Identification et enregistrement des OSC féminines, la conception de matériel d'information ; calicots, affiches, bandéroles, des messages écrits. Fabrication des kit de protection (masques, gants) par des femmes et filles couturières, la distribution des matériels pour la prévention du COVID -19 et d'autres maladies contagieuses (lave mains, cache nez, savons hydro-alcooliques, détergents, mégaphones, banderoles, affiches, t-shirt,etc )dans les lieux publiques, dans les écoles, dans des centres de santé, dans des orphélinats, home des vieillards, associations féminines, marchés publiques, dans les chantiers agricoles , dans les maternités, animations culturelles , jeu concours dans des écoles et lieux publiques pour faire passer le message de prevention et réponses aux dimensions sexospécifiques sur la pandémie,

 

remise et collation aux femmes actives s'étant distinguées pendant le projet.

 

 

 

Une coopération obligatoire/ Conclusion

 

 

 

Pour instaurer un développement durable, il importe d’intensifier la coopération entre les différents acteurs en présence.

 

Les partenariats – qu’ils soient intersectoriels, multisectoriels, trisectoriels, entre économie privées , ONG et autres associations sont devenus presque omniprésents dans les milieux concernés.

 

En concluant des partenariats, les organismes de développement souhaitent améliorer leurs ressources financières et obtenir de nouveaux appuis pour réaliser des objectifs de développement.

 

Ayant fait des multiples partenariats dans divers domaines de nos projets, presque toutes les activités menées ont démontré que la réussite d’un partenariat repose sur les éléments décisifs suivants : les rôles des partenaires doivent se compléter et tous les acteurs impliqués doivent avoir un intérêt profond à la réalisation du projet et s’engager pleinement pour le mener à bien.

 

Il s’est avéré que des projets parviennent, grâce à la conclusion de partenariats, à combiner les points forts du secteur privé souvent plus compétitif et efficace du point de vue économique avec les points forts d’un organisme de la société civile plus responsable et tenu de rendre des comptes.

 

Les différentes expériences ont par ailleurs montré qu’un partenariat doit absolument bénéficier d’un large soutien interne, en particulier de la part des organes dirigeants de l’entreprise.

 

Un autre facteur essentiel comprend l’évaluation périodique des activités et des réactions régulières sur l’avancement du projet. Les nouvelles connaissances acquises et les progrès accomplis doivent en outre être largement diffusés parmi tous les intervenants. En outre, ces verbes suivants se conjugueront tout au long du projet en vue d'atteindre nos objectifs : « Développer une dynamique - Toucher un public plus large - Rayonner géographiquement - Faire des projets plus importants - Contribuer à une dynamique locale - Agir dans l’intérêt local

 

Inventer - Innover - Mieux vivre ensemble - Favoriser la diversité .

 

 

 

QUESTIONNAIRE SUR L'ESSENTIEL .

 

 

 

Un moment de bascule de l’histoire, catastrophe sanitaire, l'épidémie de Covid-19 .Sans aucune expérience du confinement intervient l'interruption de la plupart des activités sociales, économiques, éducatives et culturelles au niveau planétaire , petits ou grands dans la grande surprise.

 

Plutôt que de "reconstruire" le monde d'hier, nous voulons le ré-inventer, le transformer. 

 

Commençons par nous demander ce qui est vraiment important dans nos vies. Nous vous proposons de faire avec nous l'inventaire de l'essentiel.

 

L'ONG CUCAFE, vous invite à répondre à ce questionnaire* à partir de la description de votre expérience personnelle et de votre ressenti

 

Vos réponses nous éclaireront sur ce que le Coronavirus change dans nos besoins personnels et collectifs. Elles contribueront à la pertinence des choix de rupture que nous voulons proposer. 

 

Merci d'avance de votre contribution !

 

1. Face à la pandémie actuelle et du confinement, de quoi avez-vous vraiment besoin pour vivre ? 

 

2. Dans cette situation, quelles sont les inquiètudes pour vous particulièrement ? Pour votre entourage ? Pour votre pays ?

 

3. Dans cette période , quelles sont les valeurs les plus importantes ?

 

4.Surement que vous êtes privés de vos activités , pourriez vous les rénumerez ? Quelles sont dont que vous voudriez qu'elles reprennent actuellement ?

 

 

 

5.Décrivez comment chacune de ces activités rend plus faciles, harmonieuses, ou cohérentes, d’autres activités que vous favorisez et permettent de lutter contre celles que vous jugez défavorables : 

 

 

 

6.Quelles mesures préconisez-vous pour aider les démunis exposés à cette crise économique ? D'après vous quelles sont les conséquences pour leur santé et milieu ?

 

 

 

7.Est-ce que cette pandémie change votre vision personnelle du monde ? En quoi ce changement ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



30/04/2020
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres