Club Unesco du Centre d'Action Femme et Enfant : ONG-D/ CUCAFE

Club Unesco du Centre d'Action Femme et Enfant  : ONG-D/ CUCAFE

Coopération et formes d'organisation sociale: Jeudi 13 décembre 2012, Rennes (UR2 – Villejean) - France

 
                           

Dans le cadre de l’Année internationale des coopératives (ONU)
 

Vers quelles mécanismes de gestion participative des ressources naturelles et d'appui au développement d'activités économiques alternatives pour la réduction de la pauvreté :
cas de la femme africaine

Georgette Bilonda
ONG CUCAFE - RDC

1.INTRODUCTION

L'un des problèmes les plus graves auxquels le monde est confronté aujourd'hui est l'augmentation du nombre de personnes privées de toute possibilité de participation véritable à la vie économique, sociale, politique et culturelle de leurs communautés. Dans de telles conditions, une société n'est ni efficace, ni sûre.

2.LES POTENTIELS DE L'AFRIQUE EN RICHESSES RÉELLES

Des observateurs aiguisés, des institutions internationales et des praticiens du monde des affaires prédisent qu’après l’Asie, le continent africain pourra être d’ici 20 ans la locomotive de la croissance mondiale, car ses potentiels sont énormes : terres fertiles, forêts, soleil, mines, croissance démographique et populations jeunes, besoins de consommation, nouveaux services, infrastructures énergétiques et logistiques à développer.

Les nouveaux paradigmes du « Temps de l’Afrique », des « Lions d’Afrique », émergent çà et là pour démontrer ces dynamiques positives, mais la lucidité et l’objectivité nous amène à poser la question suivante :
- comment transformer ces potentiels en richesses réels et pérennes ?
- quels sont les nouveaux acteurs qui peuvent opérer cette transformation ?
Il semble donc urgent que les gouvernants africains inversent leurs politiques de « réduction de la pauvreté » ou de « captation » de richesses, en politiques de « valorisation et d’optimisation des potentiels en création de richesses ». Le tout en alliant croissance économique et croissance sociale afin de ne délaisser les plus pauvres. Ce sont certainement ces axes structurels et stratégiques qui pourront soutenir l’investissement productif et maintenir la paix en Afrique. Ce cycle va permettre d’explorer les politiques, les outils pratiques, et la mise en exergue de cas pratiques allant dans ce sens positif. La prise en compte des Personnes vulnérables entre autres femmes , enfants ,personnes handicapées demeure un phénomène complexe. Victimes de préjugés socioculturels séculaires nourris à leur égard, notamment ceux liés à l'éducation, à la formation et à l'emploi, elles ont souvent des conditions de vie précaires. Plusieurs difficultés font face par manque de prise en charge sanitaire, d'emploi, problèmes de déplacements, sans compter le niveau du seuil de la pauvreté .

Le menditisme par contre est une opportunité favorable pour ceux ou celles là du Tiers monde en général et plus particulièrement en Afrique subsaharienne qui habitent les milieux urbains.
“Des droits valables pour toutes les femmes, sans aucune discrimination, sans aucune exception.” n'est ce pas l'une des principes de Droits de l'Homme Or, une certaine catégorie qui reste particulièrement marginalisée est celle des femmes rurales,semi-urbaines. Leur état les voue à la pauvreté .

Cette situation revêt les caractéristiques de véritable problème de société auquel la communauté internationale tarde jusqu'à présent à trouver une solution adéquate. Car s'il est question aujourd'hui d'absence de discrimination sur la base du sexe, dans la distribution des rôles, des pouvoirs et dans l'accès et le contrôle des opportunités ou dans l'allocation des ressources, la question des femmes victimes de milieu rural est souvent occultée ou tout simplement ignorée lorsqu'il s'agit d'équité de genre. Elles sont les grandes oubliées. Les politiques les concernant sont rares et inappliquées.

Sous des bannières associatives, elles expriment leurs besoins et mettent en place des projets, les pouvoirs locaux ne voient dans les Associations de ces dernières qu'un moyen de promotion politique ou, quand elles sont indépendantes, un élément de subversion. Ces femmes sont donc laissées à elles-mêmes; sans instruction, ni emploi, mais avec le soutien de proches, elles s'activent dans des Organisations d'Auto Promotion (OAP) où elles ont souvent l'opportunité d'exprimer leurs qualités à travers des Activités Génératrices de Revenus (AGR). Ces AGR leur permettent donc de prendre en charge les besoins qui leur sont spécifiques, mais aussi d'améliorer leurs conditions socio-économiques et celles de leurs familles. Entreprendre un exposé pouvant aborder  la problématique ;une proposition de suggestions et recommandations ,pourra  appréhender l'apport de ces Activités Génératrices de Revenus (AGR) dans l'amélioration des conditions socio-économiques des femmes  en situation difficile

3.L'ONG CUCAFE


Crée depuis l’année 1994, CUCAFE est conçu, orienté pour rendre service notamment celui de la sensibilisation, vulgarisation, aux hommes, femmes et enfants se trouvant dans le cadre de vulnérabilité ou non. Il est le fruit patéotique  d’une rencontre et se veut  ouvert, ou se laisse ouvert à toutes les bonnes volontés souhaitant ouvrir des bonnes horizons susceptibles d’apporter une contribution naissante de Développement Durable au cible se trouvant dans la communauté locale, internationale, sous régionale, internationale.
Son administration associative intègre toutes les réflexions complémentaires riches, les expériences assidues, associant des techniques et des technologies appropriées capable de relever une couche vulnérable  ,plus particulièrement les femmes en situation difficile .
Ces femmes  délaissées à elles-mêmes; sans instruction, ni emploi, mais avec le soutien de proches,  s'activent dans des Organisations d'Auto Promotion (OAP) où elles ont souvent l'opportunité d'exprimer leurs qualités à travers des Activités Génératrices de Revenus (AGR).
3.1 De 1996 -1999 à l'effet- trickleup
Théorie économique utilisé pour décrire le flux de richesses des pauvres vers les riches, il est opposé à l' effet de ruissellement . afin de pouvoir concrétiser des solutions universelles applicables à des situations concrètes.
3.2 De 1999 -2000 au projet SAFAET (savoir faire,savoir avoir et savoir etre) avec BDOM (Bureau des Oeuvres Médicales) de Kinshasa.
La mise en place d'une boulangerie artisanale dans un chantier agricole à Masina Petro-Congo .
3.3 De 2009 – 2011 au projet PNUD-FAO-UNCCD
Sensibilisation à l'impact des changements dans les ecosystèmes sur le bien -etre humain et la réduction de la pauvrété
Ces AGR leur permettent donc de prendre en charge les besoins qui leur sont spécifiques, mais aussi d'améliorer leurs conditions socio-économiques et celles de leurs familles.
Entreprendre un exposé pouvant aborder  la problématique ;une proposition de suggestions et recommandations ,pourra  appréhender l'apport de ces Activités Génératrices de Revenus (AGR) dans l'amélioration des conditions socio-économiques des femmes  en situation difficile.


4.CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Deux raisons fondamentales justifient le choix de ce thème comme  débat au plan personnel et au plan professionnel.

- Au plan personnel :
Les femmes sont désignées comme étant la couche la plus touchée par la pauvreté. C'est ainsi que des concepts comme la «féminisation de la pauvreté» sont apparus pour caractériser l'ampleur de ce phénomène qui touche plus de la moitié de la population mondiale. C'est ainsi que l'idée de renverser cette tendance, a permis de développer des concepts tels que «l'amélioration des conditions socioéconomiques».

- Au plan professionnel :
Notre position de mobilisateur, de médiateur et de technicien des relations humaines convaincu qu'un développement ne sera pas possible si plus de la moitié de la population subit une discrimination qui ne lui permet pas de participer au développement de la région ,du pays de la base communautare ,d'une famille . Il est de notre devoir en tant que travailleur social d'oeuvrer en faveur de la prise en charge effective des questions de genre.,Le travailleur social se basera donc sur le principe de la solidarité participative des associations, pour répondre à la satisfaction et des demandes utilitaires, en permettant la production de revenus intermédiaires. Ceci entre dans la visée de créer pour ces femmes , des postes de travail véritables vers l'intégration sociale. Nous entendons par  amélioration des conditions socioéconomiques, l'ensemble des facteurs qui font passer la femme d'une situation de dépendance à celle de pleine actrice dans le développement socioéconomique de la socièté. Les AGR pourraient permettre aux femmes de penser d'elles mêmes de décider d'elles mêmes et d'agir selon leurs moyens.

Les Activités Génératrices de Revenus ,sont de petites activités économiques au profit des couches sociales pauvres, ne nécessitant pas un grand apport financier, mais rapportant des gains qui permettent la prise en charge des besoins biologiques et sociaux de la famille. Le micro crédit a permis le développement des AGR, d'autant plus que les institutions financières traditionnelles ne sont pas accessibles aux populations pauvres. Il s'agit d'activités comme le commerce, la transformation de produits, l'artisanat,couture/broderie, petit commerce, coiffure, transformation de fruits & légumes ,enseignement ,agriculture et élevage. La question genre a fait son apparition dans les politiques et stratégies de développement, après l'échec de plusieurs politiques et stratégies qui occultaient la prise en charge des groupes vulnérables.

Ainsi, les gouvernements et partenaires au développement se sont rendus compte qu'un développement ne pourrait être possible sans la participation de plus de la moitié de la population en terme quantitatif et une main hautement qualitative. Tous les acteurs du développement se sont rendus à l'évidence de l'urgence d'accorder une attention particulière à la condition de la femme.

La Micro finance apparaît comme un moyen stratégique d'impliquer la femme dans le processus économique dont elle constituait déjà un poids considérable. Selon GUERIN, la micro finance est un outil d'émancipation et de promotion de la condition féminine. Les objectifs visés sont multiples: augmenter leurs revenus et faciliter leur indépendance financière, stabiliser et professionnaliser leurs activités entrepreneuriales, mais aussi, et peut être surtout, améliorer leur statut au sein de la famille, renforcer l'estime qu'elles ont d'elles-mêmes, ou encore favoriser leurs capacités d'auto organisation et donc d'expression et de revendication.
Dans la visée, SEN (1993) affirme que la micro finance apparaît en quelque sorte comme un moyen d'augmenter l'autonomie et la liberté réelle des femmes.

GUERIN, renforce en voyant en l'économie solidaire comme étant le seul moyen d'accéder à des droits économiques et sociaux de base pour les pays du Sud. Cependant, se voulant prudente, elle prévient que d'un point de vue individuel, on observe que la micro finance peut tout autant favoriser l'autonomie des femmes en leur permettant de stabiliser une activité génératrice de revenus et de s'affranchir de certains liens de dépendance qu'alourdir le poids de leurs obligations, renforçant ainsi les inégalités entre hommes et femmes mais aussi entre femmes elles-mêmes. D'un point de vue collectif, on constate que la micro finance peut consolider les réseaux sociaux comme les déstabiliser, appuyant les compétences collectives d'organisation et de gestion comme susciter et encourager la création de groupes fictifs ou monopolistiques. Par conséquent, s'il semble nécessaire d'apprécier et de soutenir les potentialités de l'action collective via la micro finance, il convient donc également de reconnaître ses limites.

CLOUTIER, Let DIARRA, D (1993), constatent que «les femmes ont tendance à s'investir surtout dans le commerce (46% des activités occupées) et dans les affaires. Elles mettent en pratique différentes stratégies de lutte contre la pauvreté et la dégradation de leur milieu».
Ainsi, les femmes semblent s'être parfaitement insérées dans le secteur informel qui leur apparaît alors comme un secteur d'accueil susceptible d'offrir du travail à presque toutes celles qui le désirent. D'où la nécessité de le formaliser en octroyant des financements aux femmes et leur permettre de s'insérer aisément dans le tissu économique.

La quasi-totalité de ces études et résultats de recherches ont montré des conditions de vie précaires pour la femme.  Ainsi, ces écrits ont démontré que les femmes ont investi le secteur informel qui reste pour elles une source d'auto promotion. Par ailleurs bien qu'ils aient insisté sur les initiatives entreprises par ces femmes, aucun d'entre eux n'a été orienté vers l'analyse de l'apport des Activités Génératrices de Revenus dans l'amélioration de la condition socio-économique de la femme africaine.

5.SUGGESTIONS

Donner l’accès au crédit c'est développer les AGR pratiquées par les femmes . Cet apport au développement social assurerait à ces femmes des opportunités d'investissement dans d'autres secteurs plus rentables.

La mise à profit de la mobilisation et de la cohésion sociale de ces femmes autour d'activités créatrices de richesses s'exprimerait à travers leur prise en compte :
 -en renforcement des capacités de gestion financière et organisationnelle afin d'asseoir un esprit d'entreprise pour mieux s'insérer dans le tissus économique de la communauté;
- un accès plus facile au crédit avec la réduction des taux d'intérêt et du montant des apports.
Sur le plan socio -sanitaire, l’État et les collectivités locales devraient permettre à cette couche vulnérable, un accès plus facile aux services sociaux de base, notamment les structures de santé, les écoles, ...afin de réduire au minimum les handicaps qui freinent le développement socio- économique des couches vulnérables.

Promouvoir la création de micros entreprises qui regrouperaient les femmes par types d'activités, favorisant ainsi une production plus importante et une meilleure visibilité dans l'espace communal. Ceci aura certainement pour effet de stimuler l'apport en devises et en revenus et certes, l'amélioration de leurs conditions socio-économiques.

6.RÔLE DU TRAVAILLEUR SOCIAL

Si à ses débuts le travailleur social faisait œuvre de bienfaisance, jouant un rôle d'assistanat et correcteur des différents handicaps socio-économiques, la tendance actuelle semble militer en faveur d'une intervention dynamique, promotionnelle et préventive. Le but primordial  du travail social est l'homme et ,son objectif est le bien être social, psychologique et économique de cet homme.

En tant que technicien pour la résolution des problèmes sociaux, le travailleur social doit constamment analyser les interactions et faire prévaloir l'intérêt de la population. Il doit mettre ses connaissances et sa technique au service de la population, en se faisant le garant des objectifs de travail déterminés en commun.

Dans le cadre de notre exposé, le travailleur social pourra jouer un rôle important en amont, c'est-à-dire dans la prévention des maladies handicapantes, mais aussi en aval par l'amélioration des conditions socioéconomiques des groupes vulnérables . Ainsi, il devra mener des actions à trois niveaux vis à vis des :
-  femmes ;
- structures de prise en charge des femmes ;
- enjeux  de l'environnement.

Pour les femmes il s'agira d'abord de leur apporter une relation d'aide psychoaffective, en étroite collaboration avec le Ministère de la Condition Féminine et les Associations féminines , en vue de leur permettre de se sentir pleinement membre de cette société en tant qu'actrices de développement.

Ce soutien psychoaffectif sera complété par une assistance et une insertion socio-économique et professionnelle qui permettra à la femme de sortir de la dépendance et de s'autonomiser. Cela consistera en la formation, l'encadrement, la recherche de partenaires financiers et le suivi/évaluation des activités individuelles et collectives de ces femmes. A ce titre, la promotion de l'approche participative et communautaire au détriment de celle individualiste pourrait aller dans le sens de la création de micros entreprises en vue de valoriser toutes les compétences et responsabiliser chacune des membres de l'association. Pour en arriver là, les structures de prise en charge à savoir, les services sociaux de base devront être mis en contribution.

Ainsi, le travailleur social serra en collaboration avec les autorités locales, la possibilité de permettre aux femmes un accès plus facile au centre de santé de la commune, notamment une subvention sur leurs tarifs de consultation et sur les frais des médicaments. La participation à une mutuelle de santé prenant en compte leurs spécificités serait un début de réponse à leurs problèmes de santé et de déplacement.

Le travailleur social pourrait aussi initier un plaidoyer pour un accès facile aux micro crédits (sans beaucoup de garanties; avec un taux d'intérêt peu élevé et un délai de recouvrement raisonnable) pour les groupes vulnérables de la commune en général et les personnes handicapées en particulier.

Dans le but de rendre l'environnement plus favorable à l'insertion socio-économique des femmes , une sensibilisation de l'opinion publique tendant à lutter contre les pesanteurs socioculturels et les préjugés véhiculés à l'encontre de ces personnes mettrait en contribution les autorités politiques, administratives, religieuses,et les associations et autres œuvres de bienfaisance. Pour matérialiser la capacité de cette catégorie sociale à pouvoir participer au processus de développement communautaire, le travailleur social pourra stimuler une meilleure visibilité des activités de ces personnes par une mise à leur disposition d'un infrastructure adéquate , afin que les populations puissent pleinement bénéficier de leurs prestations de services.

L’ONG CUCAFE souhaite et propose le respect dû à la formation des adultes pour le même idéal que poursuit PEKEA ;les règles et les enjeux de tous ,et développer une nouvelle éthique intellectuelle entre individus.
Avoir une pensée d’attention aux plus faibles intellectuellement et de créer une solidarité entre le monde des intellectuels et leurs communautés et ;de protéger l’environnement.
Nos sincères remerciements à l'équipe scientifique de PEKEA,qui nous a donné cette opportunité de participation et d'échanges d'expériences.





17/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres