Club Unesco du Centre d'Action Femme et Enfant : ONG-D/ CUCAFE

Club Unesco du Centre d'Action Femme et Enfant  : ONG-D/ CUCAFE

LA DISPARUTION DES ESPECES INQUIETE !!!

24 Mai 2007Publié sur le web le 24 Mai 2007
Kinshasa
Le Ministère de l'Environnement, Eaux et Forêt, par le biais de la Direction du développement durable, section nationale, a organisé hier mardi 22 mais 2007, au jardin Botanique de Kinshasa, avec l'appui financier de GTZ, UICN, WWWF et CARPE, une réunion d'échanges sur l'état de la Biodiversité en République Démocratique du Congo à l'occasion de la célébration de la journée internationale de la biodiversité.
Le but de cette réunion d'échanges était de faire connaître la biodiversité, son impact en vue de la conserver et de l'utiliser d'une manière durable.
Cette réunion d'échanges sur l'état de la Biodiversité était centrée sur les menaces de changement climatique et sur la biodiversité biologique. Ainsi, pour amener les participants à une meilleure articulation et une bonne compréhension des exposés, un questionnement d'orientation a été soumis aux participants par le directeur du développement durable M Kasulu ; Il a consisté de savoir ; En quoi le changement global actuel affecte- t- il la biodiversité de manière différente ?
Aussi, les conséquences potentielles du changement climatique et de la biodiversité biologique, justifient-elles de considérer l'importance de renouveler l'exploitation de nos ressources.
Il faut signaler que la cérémonie d'ouverture a connu trois moments importants à savoir : le mot de bienvenue prononcé par le Directeur du Développement durable M. Kasulu; le mot de circonstance de Directeur de Cabinet Désiré Luhahi, qui a représenté le ministre Didace Pembe et les exposés des intervenants.
Pour circonscrire le cadre de cette réunion, Désiré Luhahi a dit : La RDC, pays riche en

biodiversité, veut être solidaire avec toute la communauté internationale en marquant cette journée par cette réunion d'échanges sur l'état de la biodiversité auquel différents intervenant nationaux et internationaux ayant la biodiversité dans leurs champs d'activités prennent part... Mais aujourd'hui, les scientifiques sont unanimes pour dire que la disparition des espèces a atteint un niveau inquiétant.
Cette réunion s'est déroulée suivant une approche classique à savoir : Exposés, débats et recommandations. Beaucoup des intervenants se sont succédés à la tribune pour exposer différents thèmes suivants : La biodiversité dans les aires protégées de la RDC, par le représentant de l'ICCN M. Léonard Mumbalama qui a mis l'accent sur la biodiversité dans les aires protégées. Il a ensuite soutenu en ce qui concerne le changement climatique , que la RDC a ratifié plusieurs protocoles d'accord dans ce domaine et récemment celui de Kyoto sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre.; Programme Biodiversité et Forêts par Joap Schorl de la GTZ ; Conservation de la biodiversité et amélioration des conditions de vie des populations locales par Flory Botamba de Cron ; Impact du changement climatique sur la biodiversité par Aimé Mbuyi de DDD ; Etat des lieux de la mise en oeuvre de la Convention sur la Diversité Biologique en RDC par Mike Ipanga de DDD et Société civile et conservation de la Biodiversité par Georgette Bilonda de Rongac de LCD.
Ces exposés ont été suivis d'un débat dont l'essentiel a porté sur les points ci-après : - la politique du ministère de l'Environnement sur la protection de l'environnement et sur les moyens financiers à faire face aux menaces de changement climatique.
Tout compte fait , l'impact du changement climatique sur la biodiversité à une grande incidence sur la biodiversité et il peut être d'origine naturelle mais aussi plus d'origine humaine entre autres, le déboisement, l'augmentation des gaz à effet de serre,le braconnage et l'occupation des aires protégées. Ces effets se traduisent par des précipitations ; l'augmentation de la température, le vent, l'élévation du niveau de la mer.
En plus il y a des maladies parasitaires et insécurité alimentaire, ainsi que la désertification qui sont les conséquences que subissent les populations.
Enfin, devant ces menaces sur le changement climatique et la biodiversité biologique, le directeur de Cabinet du ministre de l'Environnement Eaux et Forêts, Didace Pembe, a annoncé à la presse que la République Démocratique Congo sera présente aux assises de G8 où ses délégués se feront le de voir d'expliquer la nécessité de soutenir la politique du gouvernement en matière de gestion de forêt en RDC.
-------------------------------------------------------
 



27/01/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres