Club Unesco du Centre d'Action Femme et Enfant : ONG-D/ CUCAFE

Club Unesco du Centre d'Action Femme et Enfant  : ONG-D/ CUCAFE

Message et appel à l' action.

 

Il existe une relation étroite entre d’une part, les modes de vie et le bien-être des écosystèmes et, d’autre part, les sols qui sont riches en biodiversité.

Un sol sain génère la vie, et pourtant la santé d’un sol dépend beaucoup de la façon dont les individus l’utilisent. La façon dont gérons nos sols détermine la qualité et la quantité des aliments que nous consommons et plus généralement la qualité des services que les écosystèmes nous fournissent. L’accroissement de notre interdépendance écologique signifie dés lors qu’améliorer les sols quelque part, c’est améliorer la vie partout ailleurs.

De la valeur de la biodiversité des sols

Le sol doit être entendu comme un système vivant. Sous nos pieds se trouve un monde complètement différent, avec son propre cycle de vie. Les racines des plantes, les micro-organismes, les vers, les champignons, les bactéries, les nématodes, les termites, la matière organique et de nombreux autres organismes vivants du sol déterminent la nature des modes de vie et des écosystèmes au-dessus du sol.


La diversité biologique dans le sol est importante. On peut trouver jusqu’à cinq tonnes d’animaux vivants divers dans un hectare (équivalant à 2,5 acres) de sol
. Une cuillère à café de sol peut contenir jusqu'à 6000 espèces différentes et un milliard de bactéries . Le nombre, la diversité et le type d'activité de ces organismes révèlent la qualité d’un sol. En bref, la santé des sols qui affecte la productivité des terres est due à la variété et l'abondance des formes de vie enfouies sous la surface du sol.

La biodiversité du sol, cependant  est plus qu'un simple indicateur de l’état du sol. Elle est un déterminant essentiel des biens et des services auxquels les populations ont accès pour survivre. Les formes de vie qui se trouvent en dessous du sol déterminent sa structure ; décomposent la matière qui va accroitre la biomasse et les nutriments ; éliminent les toxines du sol et produisent des substances actives qui fournissent une protection naturelle aux cultures agricoles contre les ravageurs et les maladies.

Les sols riches en diversité biologique sont aussi productifs du point de vue agricole. Considérant que 75% des personnes vivant dans les pays en développement dépendent directement de l'agriculture pour survivre.

Toute perte de productivité du sol a un effet direct sur la sécurité alimentaire des populations. En outre , la biodiversité des sols sera une ressource pour les générations futures si elle est bien entretenue, sans oublier de noter les services environnementaux qui sont encore à découvrir.

Le problème est que la formation des sols est un processus long et dépend de l'activité de la biodiversité des sols. Le processus naturel de formation des sols peut prendre plus de 500 ans pour former deux centimètres de sol
.

Par conséquent, nous devons protéger la biodiversité des sols de toute menace et de toute dégradation afin de préserver les sols riches et productifs.

Les phénomènes naturels tels que les glissements de terrain et l'érosion des sols jouent un rôle dans la perte de biodiversité des sols. Mais l'activité humaine est une menace bien plus grande .Une utilisation non durable des terres , des pratiques culturales inappropriées  engendrent des glissements de terrain, de l'érosion, de la contamination et de la perte de matière organique.

D’autres sources de perte de la biodiversité des sols sont le sel, après la mise en place de longues périodes d'irrigation (salinisation), l'obstruction du flux naturel de l'eau due au développement urbain et industriel qui conduisent à l'imperméabilisation des sols, ou encore l'utilisation de machines agricoles trop lourdes qui compactent le sol (création d’une « semelle de labour »).

La biodiversité des sols peut être améliorée par des pratiques de gestion durable des terres (GDT) telles que la polyculture-élevage qui réhabilite et enrichit le sol. Les services rendus par la biodiversité des sols dans les zones arides sont particulièrement sensibles à la gestion inadéquate des sols et la perte du couvert végétal. En outre, plus le nombre d’années consécutives de pratiques agricoles inappropriées augmente, plus la capacité d’un sol à recouvrer son état optimal diminue.

Considérant dés lors la dépendance croissante des individus vivant quelque part pour des denrées alimentaires produites en d’autres endroits de la planète, alors améliorer les sols quelque part améliore la vie partout ailleurs.

Appel à l'action


Depuis des générations, la terre a été et demeure l'un des atouts majeur de la création de richesses via la production alimentaire, l'exploitation minière, la recherche médicale, ou encore un instrument de sécurité pour les investissements (investissement fonciers), et autres utilisations. Mais ce sont les formes de vie enfouies sous le sol qui confère probablement à la terre la plus grande partie de sa productivité potentielle.

 
Action.


Nous vous invitons à considérer toujours l'importance de la biodiversité du sol dans sa contribution à l'enrichissement, la valorisation et la réhabilitation des terres dégradées. De la même façon, nous vous invitions à réfléchir à la façon dont les pratiques de gestion durable des terres dans votre communauté ou votre pays peuvent conditionner l'accès et la disponibilité des biens et services environnementaux découlant de la biodiversité des sols aujourd'hui, et à l'avenir.

Dans de nombreuses régions du monde, la terre est de plus en plus privatisée, ce qui signifie que la gestion des sols se privatise également. Mais la biodiversité du sol ne connaît pas de frontières ou de limites de propriété.

Par conséquent, les actions menées par certains peuvent avoir une grande importance pour tout le monde.

 


Partager.


Nous vous invitons à diffuser l'information, sensibiliser le public, communiquer et défendre la biodiversité des sols a travers :
• des carnavals, des spectacles publics et des images et des expositions d'art ;
• des conférences, des ateliers, des séminaires, des tables rondes, des colloques, des expositions ou encore des fora de discussion ;
• des documentaires, des dépliants, des affiches, des cartes postales, des cartes de vœux et des autocollants ;
• des blogs ou des histoires via l'art, l’image, la vidéo, la poésie, la chanson et d'autres médias culturels .


 

                                                                   Georgette BILONDA MPENDA

 



22/10/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres